Les bienfaits des congés

bienfaits congés

Les vacances de Pâques se sont achevées pour les différentes zones. Les congés scolaires sont bénéfiques pour petits et grands même sans faire quoi que ce soit d’exceptionnel. Ils en ressortent plus reposés, plus épanouis et donc plus à même de refaire le plein de connaissances par la suite.

 

 

Bienfait n°1 : couper le rythme

Les congés permettent aux enfants de récupérer et de couper du rythme quotidien imposé par l’école et les contraintes des parents. On peut constater lors de la reprise, même si celle-ci est parfois un peu difficile, que les enfants reviennent reposés et de meilleure humeur. Ils sont ainsi plus concentrés et donc plus disposés à apprendre de nouvelles choses. Pour les parents les congés de leurs têtes blondes sont également bénéfiques car ils permettent à eux aussi de sortir des contraintes horaires constantes.

 

Bienfait n°2 : découvrir ou se perfectionner dans une autre pratique 

Les vacances sont également un moment idéal pour que les enfants puissent pratiquer plus de sport ou de musique par exemple grâce au centre aéré, au club sportif ou musical. Il peut ainsi développer d’autres compétences, découvrir de nouvelles activités et surtout, prendre du bon temps tout en s’éveillant.

 

Bienfait n°3 : partager (vraiment) des moments avec ses enfants

Les congés peuvent également être l’occasion de partir quelques jours dans la famille mais aussi pour l’enfant de rester chez vous pour partager du temps en votre compagnie. Lorsqu’il est possible de prendre quelques jours de repos pour profiter de ces moments privilégiés avec les enfants et adolescents cela s’avère très bénéfique pour tous. En effet les parents vont être plus dans le partage et l’émotion que dans la tâche à accomplir et la course contre la montre. C’est également un moment pour redécouvrir ses enfants, leur personnalité et l’évolution de leurs goûts et désirs. Ces congés permettent de faire des choses qui sortent de la routine et qui resserrent les liens familiaux.

 

Bienfait n°4 : rattraper son retard si besoin

Les vacances peuvent être l’occasion de revenir sur les points mal compris et donc de rattraper son retard scolaire s’il n’est pas trop important. Mais quoi qu’il arrive il est important de laisser le temps à l’enfant ou au jeune de décompresser pour qu’il puisse véritablement se concentrer à la rentrée.

 

M. Roizard

 

Le programme d’Emmanuel Macron sur l’éducation

 

En Marche

À quelques jours du second tour des élections présidentielles, il reste encore de nombreux indécis quant au choix du bulletin à mettre dans l’urne. Emmanuel Macron reste toutefois en tête des sondages. Le candidat du mouvement En Marche l’affirme, il veut faire de l’école « le combat premier » s’il est élu président. Que propose-t-il concrètement en termes d’éducation ? Comment son projet est-il perçu du corps enseignant ?

 

 

Le programme de l’éducation d’Emmanuel Macron partage. En effet si certains de ses projets de réforme sont bien acceptés du corps enseignant comme le fait de favoriser les zones d’éducations prioritaires et de leur donner plus de moyens, certains s’inquiètent qu’il n’aille pas assez loin. Le candidat du mouvement En Marche propose notamment de réduire le nombre d’élèves en CP et CE1 à une petite quinzaine pour faciliter l’apprentissage et de rétablir les études dirigées après la classe dans tous les établissements. Des professeurs craignent que les élèves du collège en zone d’éducation prioritaire ne soient pas assez pris en compte dans ce projet de réforme. Il prévoit toutefois la mise en place de stages de remise à niveau à la fin des vacances d’été au primaire et au collège.

 

Un suivi plus personnalisé

Le candidat d’En Marche souhaite que la scolarité soit plus individualisée et désire mettre en place des bilans personnalisés de la grande section de maternelle jusqu’à la troisième pour mesurer les progrès de chacun. Il souhaite également améliorer l’information en matière d’orientation « Nous devons parler d’orientation plus, et plus tôt. Faire venir des professionnels à l’école et présenter leurs métiers » annonce-t-il. Il désire également promouvoir l’alternance et l’apprentissage dans toutes les filières. « On a cantonné l’apprentissage dans les filières les plus techniques et manuelles et c’est une erreur » avait-il annoncé au Medef au mois de mars.

 

Donner plus d’autonomie aux établissements

Enfin, autre mesure phare et plus controversée, le programme du mouvement En Marche prévoit de donner plus de liberté aux établissements. Ainsi il propose que les communes organisent elle-même le temps périscolaire en collaboration avec les écoles ou encore que les collèges rétablissent les parcours bilingues et européens. Certains enseignants craignent que cette autonomie des chefs d’établissement ne donne trop de pouvoir au personnel de direction « qui ne sont pas formés sur la gestion des personnels et peuvent devenir des petits potentats locaux. On a besoin de cohérence » affirme Claire, professeur dans un lycée agricole au micro de RMC.

Une nouvelle version du Bac

S’il est élu, Emmanuel Macron souhaite réformer le baccalauréat en ne laissant que quatre matières, les autres étant évaluées en contrôle continu. D’après lui cela permettrait de réorganiser le temps scolaire.

 

Une formation plus factuelle des enseignants

Le candidat d’En Marche voudrait que la formation des enseignants s’effectue en alternance dès la licence pour leur donner une expérience terrain. Par ailleurs il souhaite mettre fin à l’affectation des jeunes diplômés dans les zones d’éducation prioritaire et que ces postes soient réservés aux enseignants ayant au moins trois ans d’expérience. Ceux qui choisissent d’exercer en ZEP pourraient recevoir notamment une prime supplémentaire de 3 000 euros net par an.

 

M. Roizard

Education : le programme de Marine Le Pen

marine Le Pen présidentielle

La candidate du Front National, Marine Le Pen est qualifiée pour le second tour des élections présidentielles. La candidate n’a pas fait de l’éducation un thème central de sa campagne n’évoquant pas ou peu le sujet. Mais une dizaine de mesure, sur ses 144, sont consacrées à l’école et à l’enseignement supérieur.

 

 

Le renforcement des fondamentaux

Pour Marine Le Pen, il est indispensable de revenir à l’enseignement des fondamentaux « et de consacrer la moitié du temps d’enseignement au français, à l’écrit comme à l’oral ». Cela porterait à 12 heures par semaine les leçons de français du CP au CE2 au lieu des 10 heures aujourd’hui et à 8h en CM1 et CM2. Comme l’explique Alain Avello, membre du comité stratégique de la campagne en charge du volet éducation « la réussite d’un enfant est conditionné par l’apprentissage du français ». Il n’est pas question pour autant de rallonger les journées des enfants. Il faudrait donc supprimer des heures dans d’autres matières mais le programme n’annonce pas lesquelles. « Il est inéluctable qu’il faille réduire les autres disciplines » concède Alain Avello. Par ailleurs la candidate du Front National souhaite interdire l’enseignement des langues et cultures d’origine.

 

Des réformes à tous les niveaux 

Marine Le Pen est très claire là-dessus, elle souhaite abroger la réforme des rythmes scolaires. Pour le collège, elle veut mettre fin au collège unique et désire orienter les élèves dès 14 ans vers l’apprentissage pour revaloriser les filières manuelles. Ces jeunes pourraient cependant revenir dans la voie générale jusqu’à la seconde.

En ce qui concerne le lycée, Marine Le Pen prévoit en histoire « la promotion du roman national », la suppression de la philosophie pour les filières technologiques et des heures de ‘Civisme et de droit’ à la place de l’enseignement de moral et civique. Pour cette réforme, elle souhaite créer un Capes de droit et recruter des professeurs.

 

L’école ‘un asile inviolable’

La candidate cite Jean Zay dans son programme et souhaite faire de l’école « Un asile inviolable ou les querelles des hommes n’entrent pas ». Elle désire instaurer le port de l’uniforme en primaire et rétablir l’autorité et le respect du maitre. Pour y parvenir le front National propose d’instaurer plus de discipline et de compléter l’arsenal de sanctions. À titre d’exemple, comme on peut le lire dans les colonnes de Libération, Alain Avelo imagine éloigner les éléments perturbateurs de leur établissement d’origine en les mettant en internant à environ 80 kilomètres.

 

Évolution du projet sur la gratuité de l’école

Dans son projet initial, Marine Le Pen prévoyait un délai de carence avant d’accorder la gratuité aux enfants d’étrangers en situation régulière. Depuis son accord avec Nicolas Dupont-Aignan, elle a accepté que ce délai de carence concernant la gratuité de l’accès aux services publics ne concerne pas l’école.

 

M. Roizard

Le prédicat, cette notion grammaticale qui fait polémique

prédicat

Depuis la rentrée 2016, un nouveau terme est apparu dans les manuels de grammaire : le prédicat. Cette notion, introduite dans les classes de CM1 et CM2 a suscité une véritable controverse.

 

 

Qu’est-ce que le prédicat ?

Si vous avez plus de dix ans, vous ignorez peut-être de quoi il s’agit. Concrètement, le prédicat désigne « ce qui est fait au sujet ». Pour faire simple, prenons des exemples. Dans la phrase « Paul fait ses devoir », le prédicat est « fait ses devoirs », autre exemple : « la petite fille récite une poésie devant la classe », la phrase se décompose en trois : « la petite fille » étant le sujet, « récite une poésie » étant le prédicat et « devant la classe » le complément de phrase.

Cette notion de prédicat est loin d’être nouvelle puisqu’elle est issue de la grammaire d’Aristote, soit, au IVe siècle avant JC et est déjà utilisée depuis plus d’une dizaine d’années au Québec. L’objectif est de simplifier la syntaxe pour les élèves avant d’aborder les notions plus complexes de complément d’objet direct et indirect. Et cela suscite un certain nombre d’inquiétudes.

 

 

Pourquoi cette polémique sur le prédicat ?

Certains s’inquiètent que cela ne mette en danger l’orthographe et que tout le monde ne soit perdu avec cette notion. Notamment avec le fait que l’on n’enseigne pas dès le départ les notions de COD et de COI et donc les règles d’accord qui vont avec.

Ainsi, par exemple Valérie Marty, présidente de la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (PEEP) témoigne sur Europe 1 « Que va-t-on faire lorsqu’on voit le cahier de notre enfant ? Je pense que les parents vont être déboussolés. Ils vont bien comprendre qu’ils ne peuvent pas les accompagner et je pense que c’est aussi ce qui fait qu’il y a de la défiance entre l’école et les familles ». Certains enseignants ont également émis des doutes sur cette réforme certains étant même hostiles.

Toutefois, contrairement à certaines rumeurs comme l’affirme Delphine Guichard, institutrice en CM1 et CM2, sur son site internet Charivari à l’école, « ce nouveau terme n’a aucune conséquence sur l’enseignement de l’orthographe, et, en particulier, aucune conséquence sur l’enseignement de l’accord du participe passé avec le COD placé avant le verbe. L’accord du participe dans ce cas particulier figure toujours au programme du collège, à la même place que dans les programmes précédents. Il n’a pas été « repoussé » du tout ».

Que l’on se rassure, prédicat ou pas, il y aura toujours des erreurs d’accord du participe passé avec le verbe avoir comme on peut le voir bien souvent même chez les politiques pourtant bien souvent énarques…

 

M. Roizard

Le troisième trimestre, un moment décisif

troisième trimestre

Le troisième trimestre peut être considéré comme décisif dans certaines scolarités. S’il est en effet important pour chaque élève, il peut être déterminant pour des jeunes en difficulté que ce soit pour le passage en classe supérieure, pour l’orientation désirée ou encore pour la réussite des examens. Malgré l’importance de celui-ci il est important de rassurer l’adolescent tout en lui apportant de l’aide pour qu’il puisse tout donner lors de ces derniers mois avant les vacances scolaires.

Faire le point au début du troisième trimestre

La première étape consiste à faire le point avec le jeune sur ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas marché lors du ou des trimestres précédents. Il est important d’établir avec lui les points faibles mais aussi les points forts pour qu’il ne soit pas complètement découragé. Et, une fois de plus, même si l’enjeu est important, il ne joue pas sa vie, et il est important que les parents eux-mêmes en aient bien conscience et que l’adolescent sente qu’ils ont confiance en lui.

 

Fixer des objectifs

Une fois que vous avez dressé le bilan, fixez, toujours avec votre enfant, des objectifs atteignables et voyez avec lui quels sont les moyens pour y parvenir. Est-ce que les mauvais résultats sont dus à l’attitude, à un problème de comportement ? Si oui, peut-être faut-il lui suggérer de se mettre devant en classe et loin de ses camarades susceptibles de le distraire ? Est-ce dû à un manque de travail à la maison ? Dans ce cas, vous pouvez établir avec lui un emploi du temps qui concilie l’école, les devoirs et les loisirs. Est-ce que les mauvaises notes sont dues à de réelles difficultés dans telle ou telle matière ? Dans ce cas, pouvez-vous lui apporter de l’aide ? Une personne de votre entourage ? Pourquoi ne pas avoir recours à du soutien scolaire pour cette période pour éclaircir les points mal compris ?

 

Rencontrer le corps enseignant

Enfin, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec le professeur principal ou le professeur de la matière dans laquelle votre adolescent rencontre des difficultés pour qu’il puisse vous orienter sur la façon d’aider votre enfant.

 

M. Roizard

Bien préparer son bac

Bac

Vous passez le Bac à la fin de l’année ? Il faut préparer cet examen et autant commencer le plus tôt possible pour optimiser ses chances de réussite même si cela paraît encore loin.

 

Quand commencer à réviser ?

En réalité le Bac se prépare toute l’année mais pour les retardataires, les vacances de Pâques sont le moment où jamais pour commencer. En général les lycées organisent des bacs blancs après ces congés là ce qui permet de se mettre dans le bain.

 

Comment réviser pour réussir son Bac ?

Il est vivement conseillé de se préparer des fiches de synthèses dans les différentes matières pour pouvoir les relire lorsque l’on a un moment. Autant que possible il est recommandé de les rédiger au fur et à mesure et de ne pas attendre le moment des révisions pour le faire.

 

Établir un programme de révision

Pour éviter de se retrouver submergé, il est important d’établir un programme de révision pour toutes les matières. Attention, si les matières à fort coefficient sont, bien entendu, à privilégier, pas question pour autant de faire l’impasse sur les autres. Car une très bonne note dans une matière au coefficient plus faible peut permettre de décrocher le Bac lorsque l’on est juste ou une mention.

 

Réviser seul ou en groupe ?

Les deux s’avèrent efficace à condition de bien choisir le groupe de travail avec lequel on va réviser. Le but est de s’encourager mutuellement, de s’aider dans certaines matières et de s’interroger les uns les autres ce qui profite à tout le monde. Comme lorsque l’on est seul, il est conseillé d’établir un programme de révision en groupe pour optimiser ces moments et ne pas se disperser. Réviser en groupe est stimulant et rassurant mais cela ne suffit pas et il est important de conserver des moments de révision seul.

 

Rester en forme

La réussite du Bac tient dans la révision mais également dans la forme que vous tenez et la gestion du stress. Aussi pensez à avoir un mode de vie équilibré entre les cours, les révisions, le sport et le sommeil !

 

M. Roizard

Aider son enfant à préparer le Brevet des Collèges

 

brevet des collèges

Le Brevet des Collèges est le premier examen officiel de votre enfant. Il peut être source d’inquiétude. Voici quelques conseils pour l’aider à mettre toutes les chances de son côté pour réussir avec brio cette première échéance qui aura lieu fin juin.

 

Faire un planning de révision

L’anticipation est le maitre mot pour réussir. Il est important d’établir avec votre enfant un planning de révision pour lui permettre d’aborder sereinement cette échéance. S’il y a des matières dans lesquelles il rencontre des difficultés, n’hésitez pas à planifier des révisions particulières dès maintenant pour cerner ce qu’il ne comprend pas et pouvoir si besoin avoir recours à quelques cours particuliers pour débloquer la situation. À une semaine de l’échéance cela risque d’être trop tard.

 

Comprendre comment fonctionne sa mémoire

Pour que les révisions soient efficaces il est important de savoir quelle mémoire votre enfant utilise. Est-il plutôt visuel ou auditif ? Dans le premier cas, il pourra avoir besoin de lire, d’écrire ou de souligner ce qu’il apprend, tandis que dans le second, il peut réviser à voix haute ou s’enregistrer pour s’écouter ensuite. Chaque enfant est différent et il faut adapter les révisions pour un maximum d’efficacité.

 

Rédiger des fiches synthétiques

C’est un très bon exercice de mémorisation pour deux raisons. La première, l’enfant révise déjà en rédigeant sa fiche et la seconde, cela lui permet d’avoir sous la main une synthèse de ses leçons qu’il pourra relire régulièrement, le soir, dans les transports… avant le Brevet des Collèges.

 

Réviser en groupe

Pourquoi ne pas organiser des séances de révision en petit groupe avec quelques-uns de ses amis. Ils pourront s’entraider s’ils ont besoin dans certaines matières et s’interroger les uns les autres. Ces révisions sont stimulantes et peuvent être très efficaces combinées à des moments en solo.

 

Laissez-le souffler

Même s’il s’agit d’une échéance notable, il est nécessaire que votre enfant conserve un mode de vie sain pendant la période qui précède le Brevet. Laissez-le, ou incitez-le s’il n’a pas l’envie de lui-même, à pratiquer du sport entre ses révisions, passer du temps avec ses copains…

 

Attention au rythme de vie

Tout comme il est important qu’il prenne l’air et qu’il fasse du sport, il est également primordial que votre enfant ait un rythme de vie équilibré. Veillez à ce qu’il dorme assez et qu’il mange équilibré. N’hésitez pas à incorporer dans vos repas des sources de protéines et des aliments riches en omégas 3, comme le saumon ou le thon, qui favorisent la mémoire.

 

M. Roizard

Comment contribuer à la réussite scolaire de son enfant

réussite scolaire

Le système scolaire n’est pas toujours adapté aux enfants et aux jeunes c’est un fait. Mais l’école ne peut pas être tenue pour seule responsable de l’échec scolaire et il est possible de mettre en place des petites choses simples au quotidien pour contribuer à la réussite scolaire des enfants. Voici quatre règles à suivre pour aider son enfant.  

 

Lui faire bénéficier d’un sommeil réparateur

Il est très difficile de rester concentré lorsque l’on est fatigué. C’est un fait avéré chez les adultes mais également chez les enfants. D’après différentes études menées, des experts estiment qu’il faut entre 10 et 13 heures de sommeil pour les enfants de 3-5 ans, entre 9 et 11h de sommeil par nuit aux enfants âgés de 6 à 13 ans et entre 8 et 10 heures pour les adolescents. Rares sont ceux qui en bénéficient. En effet, de trop nombreux enfants ont la télévision dans leur chambre ou utilisent des écrans tard le soir ce qui perturbe leur sommeil ou les encline à se coucher tard. Rendez service à vos enfants et enlevez les télévisions des chambres et donnez-leur un livre à la place, la lecture étant plus favorable à l’endormissement.

 

L’inciter à prendre un bon petit déjeuner le matin

On apprend mieux le ventre plein. Il est important de faire le plein d’énergie le matin avant d’aller à l’école. Il est recommandé de réveiller les enfants un peu plus tôt pour que ceux-ci aient le temps de prendre un petit-déjeuner équilibré avant de partir.

 

L’aider à faire ses devoir

Il est important d’aider les enfants à faire leur devoir ou au moins s’assurer qu’ils les font et en particulier dans les matières où ils peinent. Plus l’enfant est grand plus on lui laissera d’autonomie mais cela n’empêche pas le contrôle. Malheureusement, les emplois du temps chargés des parents ne le permettent pas toujours. Il est parfois nécessaire alors d’avoir recours au soutien scolaire si l’on constate des difficultés dans une matière. Il est souvent préférable de prendre le mal à la source plutôt que d’attendre que le retard pris ne soit trop important.

 

Favoriser les activités culturelles

Il faut dans la mesure du possible éveiller la curiosité de l’enfant et du jeune, cela lui rendra service à l’école. Ne pas hésiter à visiter des musées ou des expositions de façon ponctuelle, par exemple à l’occasion de vacances scolaires. De même, il est vivement conseillé d’inscrire les enfants à la médiathèque de la ville pour qu’ils puissent emprunter des livres.

 

M. Roizard

Des applications pour s’améliorer en orthographe

Votre enfant ou adolescent fait de nombreuses fautes d’orthographe lorsqu’il écrit et cela lui cause du tord ? Comme grand nombre d’entre eux, il passe de très nombreuses heures sur son smartphone ou sa tablette ? Vous pouvez lui faire joindre l’utile à l’agréable en lui installant des applications qui permettent de progresser en orthographe. Nous avons testé certaines d’entre-elles pour vous.   

 

applications primaire

 

Les applications adaptées à l’école primaire

  • Orthographe français CM1 & Cm2

Une application ludique et agréable pour les enfants. Petit bémol la version gratuite ne comprends que 4 niveaux.

Disponible sur Apple Store et Android

  • Mes dictées CE1 à CM2 Lite

Cette application est un jeu génial mélangeant la dictée à la magie. Très ludique les enfants vont progresser tout en s’amusant réellement. Ils vont apprendre s’en rendre compte.

Disponible sur Apple Store, Google Play et Android

  • Projet Voltaire

Sélectionnez votre niveau, primaire (dès le CE1), collège ou supérieur … et décelez les erreurs dans les phrases. Cette application est ludique et agréable. Malheureusement on fait vite le tour de la version gratuite.

Disponible sur Apple Store, Google Play et Android

 

 applications collège - lycée

Les applications pour les jeunes au collège ou lycée

  • Orthographe avec digiSchool

Cette application a été conçue en collaboration avec le champion de France d’orthographe Guillaume Terrien. Elle contient quatre niveaux et plus de 350 exercices. À l’aide de cours et de QCM on peut tester et améliorer ses connaissances et compétences en orthographe. L’application est efficace et complète mais, il faut le reconnaître, pas très ludique et on est relativement envahi par la publicité dans la version gratuite.

Disponible sur Apple Store, Google play et Android

  • 100 questions Orthographe

Ludique, cette application permet de tester les 100 points fondamentaux de l’orthographe pour déceler ce que l’on maitrise et ce que l’on maitrise moins et pouvoir ainsi réviser les points noirs ! Lorsque l’on répond mal à une question on peut lire la fiche explicative correspondant à la règle.

Disponible sur Apple Store, Google play

  • Les timbrées de l’Orthographe

Cette application très complète permet de déjouer les pièges de la langue française. Il faut être un peu amateur d’orthographe et aimer comprendre le sens et les racines des mots. Pas très ludique, cette application s’adresse à des personnes assez férues de la matière désirant se perfectionner.

Disponible sur Apple Store, Google play et Android

Pour ou contre le redoublement ?

redoublement

En cas de difficultés scolaires et de résultats insuffisants, le redoublement s’avère parfois comme la solution pour le corps enseignant. S’il peut s’avérer utile et bénéfique dans certains cas, c’est également parfois une source d’autres problèmes. Quels sont les avantages et inconvénients au redoublement et ses alternatives ?

 

Le redoublement est une pratique encore courante en France même si elle a bien diminué ces dix dernières années. Cependant aujourd’hui encore peu d’alternatives pédagogiques sont mises en place pour éviter ce recours.

 

Les effets du redoublement

Jusqu’au début des années 2000, les chercheurs ont mis en évidence que le redoublement avait essentiellement des effets négatifs et au mieux il n’avait pas d’effet. Il est souvent nocif pour la réussite scolaire et le développement de l’estime de soi chez l’enfant. Il peut être vécu comme un échec et aller jusqu’à provoquer le dégout du système scolaire et le décrochage. Il semble, d’après les différentes études menées que le redoublement n’a pas d’effet à long terme sur les performances scolaires mais peut toutefois avoir des effets bénéfiques à court terme s’il est accompagné d’autres mesures comme des cours de soutien scolaire par exemple.

 

Ce que pensent enseignants, parents et élèves du redoublement

Pourtant, parents et enseignants considèrent toujours le redoublement comme étant bénéfique. Ils estiment que cela laissera plus de temps à l’enfant ou au jeune pour acquérir des connaissances et que, par crainte que cela ne se reproduise stimulera l’élève dans son envie d’apprendre. Dans certains établissement le redoublement est utilisé par le chef d’établissement pour mettre en avant le niveau d’exigence scolaire qu’il attend pour son collège ou lycée. Pour leur part, les élèves ont tendance à mal vivre le redoublement. C’est ce que démontre une étude du Cnesco. Celle-ci met en évidence les effets psychologiques négatifs en termes de motivation et de confiance en soi. Les élèves souhaitent réellement la recherche de solutions alternatives.

 

Quelles sont les alternatives au redoublement ?

Il existe des solutions utilisées dans d’autres pays de l’OCDE pour limiter le recours au redoublement et donner une seconde chance aux élèves. Ainsi dans les pays européens, exceptés la France et le Portugal, les élèves peuvent passer des épreuves supplémentaires à l’écrit ou à l’oral pour rattraper les cours pour lesquels les notes ont été jugées trop faibles. Dans quelques pays, les élèves peuvent passer au niveau supérieur à condition qu’ils suivent un programme de rattrapage dans la matière où les résultats sont jugés insuffisants. Enfin les écoles d’été permettent aux élèves de combler leurs lacunes et de passer un examen en septembre pour passer dans la classe supérieure. Ce système a été rendu obligatoire en Italie en 2007 pour les élèves ayant obtenus de mauvais résultats.

 

Comment éviter d’en arriver là ?

« Mieux vaut prévenir que guérir », aussi, il est préférable de tirer la sonnette d’alarme lorsque l’on perçoit les premières difficultés chez l’élève. Il est alors conseillé de mettre en place des actions préventives comme le tutorat et le soutien scolaire ou encore un suivi individualisé.