Groupes de travail

Travailler en petit groupe présente de multiples avantages. Pour les enfants d’abord, car cela permet de créer une émulation et de la motivation favorable à la réussite scolaire, pour les parents ensuite en réduisant les coûts du soutien scolaire, et enfin, pour les tuteurs en leur permettant d’effectuer un travail déclaré.

Binômes et trinômes d'élèves
Binômes et trinômes d'élèves

Les séances de soutien scolaire

Où ?

Toute les séances ont lieu à domicile

Pour qui ?  

  • Aide aux devoirs – remise à niveau – suivi scolaire
  • Mathématiques – français – anglais
  • Primaire – collège – lycée

Quand ?

  • Session de travail de 2 heures
  • 1 session par semaine
  • 365 jours /365

Comment ?

Par petit groupe de 2 ou 3 enfants du même niveau scolaire

Niveaux scolaires

Pour que le tutorat fonctionne et que le soutien scolaire soit bénéfique pour tous, il est préférable d’associer des enfants ayant le même niveau scolaire.

S’il est compliqué de constituer un groupe d’enfants de la même classe, nous recommandons qu’il n’y ait pas plus d’un niveau de différence entre les jeunes d’un même groupe de travail.

Par exemple Luc, en 5e pourra être dans le même groupe que Céline qui est en 6e ou que Jonathan en 4e.

niveau scolaire #ClaireYvesAndré

Les vertus du groupe de travail

Les bénéfices éducatifs pour les enfants qui travaillent en petit groupe sont réels et se font sentir très rapidement.

Les enfants sont plus motivés à travailler.

Des enfants motivés pour travailler apprennent plus facilement ! En effet, ce système permet d’éviter que le soutien scolaire soit vécu comme une corvée. Travailler avec d’autres enfants du même âge permet de se stimuler et d’augmenter la motivation des élèves. De plus les enfants sont actifs dans leur apprentissage et s’impliquent davantage, facteurs clés de la réussite.

Les enfants apprennent de manière active et donc apprennent mieux, s’impliquent davantage.

De plus, si l’enfant est capable de réexpliquer une notion à son copain, cela signifie qu’il l’a bien intégrée. On ne peut transmettre que ce que l’on connaît. Et au moment où il l’explique, il révise tout en transmettant. De son coté, celui qui reçoit l’explication est plus réceptif aux enseignements reçus par un ami que par un professeur. Bien souvent les mots utilisés par un jeune du même âge et la façon de décrire les choses seront plus simples et mieux comprises.

Il crée une émulation de groupe et tire l’ensemble des enfants vers le haut.

Les moins doués ont envie de ressembler aux meilleurs, les meilleurs veulent demeurer meilleurs. Cela crée un état d’esprit travailleur propice au succès.

Le tutorat

Le tutorat a fait ses preuves depuis de nombreuses années et plusieurs travaux et recherches démontrent ses bénéfices pour la réussite de l’apprentissage. L’apprentissage coopératif est défini comme tel par Johnson et Johnson en 1990 : « travail en petit groupe, dans un but commun, qui permet d’optimiser les apprentissages de chacun. (…) l’activité collective orientée dans une même direction, vers un objectif partagé par tous, peut profiter à chaque membre du groupe ».

Durant l’Antiquité, Comenius traitait déjà du besoin pour l’élève d’enseigner à d’autres. Dans son œuvre la grande didactique, il présente un modèle d’éducation où le maître est épaulé dans sa tâche par les meilleurs élèves qui apportent leur soutien aux autres enfants. Cela permet non seulement d’impliquer les enfants dans leur propre éducation mais aussi d’éviter la mise à l’écart des élèves en difficulté.

En France, récemment, le professeur Alain Baudrit a effectué de nombreuses recherches et menés des travaux démontrant les avantages dont bénéficierait le système éducatif au en développant le tutorat.

tutorat#ClaireYvesAndré