La lutte contre le décrochage scolaire

décrochage-scolaire

 

Chaque année, 110 000 jeunes sortent de l’école dans diplôme. Un chiffre en baisse mais qui reste toutefois trop important lorsque l’on sait l’importance d’un diplôme pour l’insertion professionnelle des jeunes. Depuis novembre 2014, un plan « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire a été mis en place » par le gouvernement. La mobilisation de l’École et de ses partenaires est donc amplifiée avec un double objectif : prévenir l’abandon scolaire précoce et soutenir ceux qui ont quitté l’école sans diplôme et souhaitent revenir en formation.

 

Un accompagnement personnalisé pour les jeunes en risque de décrochage

Dans le plan mis en place par le ministère, un dispositif particulier a été expérimenté l’année dernière et généralisé cette année. Il est proposé aux jeunes de 15 à 19 ans. Ce « parcours aménagé de formation initiale » permet aux jeunes de prendre du recul grâce à un parcours aménagé qui combine des temps de formation et des activités extra-scolaires comme des stages en entreprises, du service civique…

Ces parcours aménagés mobilisent des « alliances éducatives » qui coordonnent les interventions des professionnels de la sphère éducative mais aussi les partenaires extérieurs, comme les maitres de stage, pour favoriser la réussite du jeune en situation de décrochage.

 

Le droit à une deuxième chance

Depuis cette rentrée, les élèves ayant échoué à l’examen du baccalauréat, examens du brevet de technicien, du brevet de technicien supérieur ou du certificat d’aptitude professionnelle, ont droit à une nouvelle inscription dans l’établissement dont ils sont issus en vue de préparer une seconde fois cet examen.

Par ailleurs, le développement des structures de la deuxième chance est amplifié. Les Écoles de la 2e Chance (E2C) ont pour objectif d’assurer l’insertion sociale, citoyenne et professionnelle de jeunes adultes sans qualification et sans emploi. En 2015, elles ont accueilli 14 575 jeunes, sans qualification. Les E2C sont un complément aux effort de l’enseignement sur les décrocheurs et un outil des politiques publiques pour les emplois de demain. Les résultats semblent être probants puisqu’en 2015 71% des jeunes stagiaires ont trouvé une voie d’insertion, formation ou contrat de travail, qui les projette plus durablement vers l’emploi et plus de 2 200 stagiaires ont repris une formation, souvent en alternance, ce qui leur permet de bénéficier d’un premier niveau de qualification ou de diplôme.

 

M. Roizard

Dernière mise à jour le

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *