Du pédagogue au tuteur scolaire en passant par le professeur à domicile

 

De tout temps, des élèves ont eu recours à une personne plus expérimentée, savante pour leur prodiguer des enseignements dans les domaines où ils étaient ignorants ou déficients. L’enseignement individualisé a bien été créé avant l’école, à savoir une institution où l’on accueille des élèves ou apprentis afin que des professeurs ou apprenants leur prodiguent un enseignement de façon collective, dans une ou plusieurs disciplines.

L’enseignement publique et individualisé coexistent depuis plusieurs siècles. Selon les périodes historiques, l’une ou l’autre forme a été dominante. L’enseigement individualisé peut être dénommé comme le soutien scolaire à domicile de nos jours. Par le passé, il a été très élitiste, ouvert quasi exclusivement à la noblesse. Aujourd’hui, il est davantage accessible à la masse. Il a énormément bénéficié du développement de l’école, école qui a formé de plus en plus de personnes compétentes pour transmettre leurs savoirs aux enfants. Voici quelques dénominations de ces enseignants à travers les âges qui ont concouru à l’évolution du soutien scolaire à domicile.

 

Le pédagogue
Dans l’antiquité, le pédagogue était un esclave chargé de conduire l’enfant de son maître à l’école.

Il guidait ses pas, partageait ses jeux et sa conversation. En conduisant son petit maître, il leur apprenait à se conduire. S’il n’était, officiellement, ni professeur ni éducateur, son rôle éducatif n’était pas niable et il devait protéger le fils de la maison des dangers de la rue.
Le pédagogue est un esclave, Odon Vallet

Le pédagogue peut être considéré comme le premier apprenant destiné à guider, protéger, encadrer, former un élève. Le pédagogue accompagnait donc le fils du maître vers des centres d’apprentissage où ce dernier rejoignait d’autres enfants de maîtres, nobles pour apprendre la religion, la philosophie ou l’écriture. C’est le cas notamment des égyptiens qui enseignaient les hiéroglyphes aux futurs prêtres ou scribes.

 

Le précepteur
Le précepteur est une personne chargée de l’éducation et de l’instruction d’un enfant issu d’une famille noble ou aisée. Il a le rôle d’un pédagogue et assume aussi clairement celui d’instituteur, de professeur pour ce dernier. En règle générale, il vivait avec la famille de l’enfant et pouvait instruire l’enfant et/ou la fratrie pendant de nombreuses années.

Il est à noter qu’un parent qui donne des cours à son enfant à la maison peut être qualifier de précepteur.

L’un des plus célèbres précepteurs de l’histoire est Aristote, précepteur d’Alexandre le Grand. L’on peut aussi citer Sénèque, précepteur de Néron ou Mentor, celui de Télémaque.

Contrairement aux idées reçues, le précepteur n’enseignait pas uniquement qu’un seul enfant de la noblesse ou de la bourgeoisie; il enseignait assez souvent plusieurs élèves issus en général de la même fratrie. C’est le cas de Pierre Gilliard, précepteur des enfants de l’empereur russe Nicolas II ou Julien Sorel, précepteur des enfants du maire, Monsieur de Rénal, dans ‘le Rouge et le noir‘, de Stendhal.

Le tuteur
Le tutorat existe depuis l’antiquité. Des philosophes comme Socrate professaient dans l’agora, à des disciples ou étudiants et ces derniers, à leur tour, allaient enseigner à d’autres étudiants les notions qu’ils avaient apprises auprès du philosophe. Cette idée a été théorisée par Coménius, théologien tchèque du 16ème siècle. C’est celui qui prôna la démocratisation de l’éducation dans les temps modernes, comme Charlemagne, 8 siècles avant lui.

Dans son œuvre « Grande Didactique », il traite du besoin pour l’élève d’enseigner à d’autres. Il y présente un modèle d’éducation où le maître est épaulé dans sa tâche par les meilleurs de ses élèves, lesquels répètent ses dires et apportent leur soutien aux autres enfants. Ce procédé permet non seulement de pallier les problèmes d’effectifs, les élèves étant relativement nombreux, mais aussi d’impliquer ces derniers, qui participent dès lors à leur propre éducation, ainsi que d’éviter la mise à l’écart des élèves en difficulté.

Le tuteur pouvait donc être un bon étudiant qui prenait le costume de professeur pour enseigner à d’autres étudiants les leçons acquises auprès de son maître. Il s’adressait donc à un ou plusieurs élèves dans un groupe de travail réduit. Le tuteur n’est donc pas forcément un authentique professeur.

Le tuteur n’a pas forcément toutes les connaissances que doit maîtriser l’apprenant au terme de sa formation car son rôle n’est pas d’apporter des réponses aux problèmes posés mais de guider l’apprentissage.

 

Professeur à domicile

En contraste avec le professeur de l’éducation nationale (Professeur des écoles, c’est la nouvelle dénomination des instituteurs, enseignants du niveau primaire), le professeur à domicile donne des cours à un élève soit à son domicile, soit au domicile de l’élève, soit dans un centre spécialisé (stages intensifs en vacances pour des groupes d’élèves en difficulté scolaire) où les deux parties se retrouvent à des horaires convenus. Généralement, c’est au domicile de l’élève.

Il assure essentiellement le rôle d’instituteur et rarement le rôle d’éducateur. C’est la forme contemporaine de précepteur. Les matières enseignées sont très variées mais font la part belle aux disciplines principales effectuées à l’école, à savoir les mathématiques, le français et l’anglais.

La grande majorité des professeurs à domicile sont des étudiants qui poursuivent encore leurs études universitaires et qui donnent des cours particuliers pour financer leur vie estudiantine. Ils sont payés en général au noir (80% du marché du soutien scolaire français est illégal, les étudiants ne sont pas déclarés auprès de l’administration fiscale).

En France, les professeurs à domicile sont parfois des vrais professeurs des écoles qui le font pour arrondir leurs fins de mois. Ceci est autorisé depuis 2007 par dérogation à la loi, les professeurs de l’éducation nationale étant des fonctionnaires. Ils doivent tout de même faire la demande écrite d’autorisation auprès de leur hiérarchie. Dans les faits, c’est rarement le cas.

Le terme ‘professeur à domicile’ a été prôné et popularisé par les entreprises spécialisées dans le soutien scolaire. Le but marketing était de laisser croire aux parents d’élèves que les professeurs à domicile étaient systématiquement des professeurs de l’éducation nationale.

 

Vous l’aurez compris, rien de foncier n’a vraiment changé au fil des ans dans l’enseignement individualisé à part les appellations. Le précepteur, le tuteur scolaire ou encore le professeur à domicile sont la même personne à des époques différentes.

Yannick Djeugoué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *