Éducation Idée reçue n°2 – ‘C’est le meilleur qui gagne’

 

Combien de fois avez-vous entendu cette affirmation : ‘c’est le meilleur qui gagne’ ?

 

C’est le meilleur qui gagne, entendu celui qui a le plus de facultés dans une discipline, le plus de compétences dans un domaine est celui qui sera naturellement le leader, le numéro un de son secteur. De prime abord, cela semble logique. Mais dans la réalité, c’est rarement le cas. L’environnement intervient énormément dans le parcours de tout un chacun. Les opportunités saisies ou non, les autres qualités humaines et relationnelles et l’état d’esprit de tout individu moulent son cursus.

 

 

 

La société aime à laisser croire que les meilleurs l’emportent, sous-entendu, si vous mettez plus d’efforts que les autres, vous y arriverez au top. Mais la compétition est hyper-présente dans toutes les étapes vers le sommet. Et plus on monte, plus on croise des personnes déterminées, moins il y’ a de places : le meilleur dans son domaine n’y arrivera pas nécessairement. A ce jeu de la concurrence acharnée, c’est celui qui sera prêt à aller le plus loin possible pour y arriver, qui y arrivera. Ce n’est pas le meilleur énarque de France qui est président de la république. C’est celui qui en veut le plus.

 

 

Lorsque les places se font chères, d’autres éléments entrent en considération pour obtenir le poste clé; l’entregent, la capacité à nouer des alliances, à être implacable, la capacité à de travail, la férocité… Votre nature compétitive sera celle qui vous permettra de surnager et votre capacité à faire ce qu’il faut pour réussir vous offrira le sommet. C’est comme cela que marche dans la vie, dans la vie professionnelle. Gardez cela à l’esprit.

 

 

 

Et dans la vie estudiantine ?

 

 

Vous devez donner le meilleur de vous pour faire partie des étudiants des meilleurs écoles de commerce et d’ingénieurs. C’est la mentalité instillée dans les écoles préparatoires. Il est bon pour tout étudiant ambitieux de mesurer le prix à payer pour atteindre le top. La réussite scolaire requiert que vous ayez un esprit de compétition poussé.

 

 

Si vous avez l’intention de vous orienter vers des filières sélectives, il vous faudra travailler sur vos fondamentaux; faire vos devoirs (travailler avec consistance), se remettre à niveau dans les matières où vous avez des difficultés (se renforcer, repousser ses limites), faire constamment des révisions pour s’assurer que les notions sont maîtrisées (c’est l’équivalent de refaire ses gammes pour les musiciens chevronnés). Cela vous incite donc à travailler tout le temps, en périodes de classe comme pendant les vacances scolaires.

 

 

Ensuite, vous devrez vous entourer de personnes compétentes capables de vous aider à performer; les cours particuliers avec des professeurs à domicile dans les disciplines majeures, un mentorat avec une personne expérimentée, et une grande faculté à rester focalisé sur ses objectifs.

 

 

A ce stade, il n’est pas utile de s’attaquer directement à ses compétiteurs; les camarades de classe. Et donc, si vous concentrez tous les efforts à vous améliorer, à vous renforcer, vous devriez y arriver, car vous êtes uniquement jugé sur votre compétence. Si vous avez 19/20 en mathématiques, et les autres 18, vous serez le numéro 1. C’est encore le meilleur qui gagne (*si l’on néglige certains biais comme le sexe du candidat dans la notation des professeurs, l’origine scolaire du candidat, les épreuves orales qui laissent place à une certaine subjectivité dans la décision des membres du jury, les admissions parallèles et autres conventions d’éducation prioritaire…).

 

 

Vous l’aurez compris; l’école est encore pour le moment, l’un des rares endroits dans la vie où votre talent vous mènera au sommet. Sortie d’université, il faudra vous familiariser à ne plus être uniquement jugé sur vos résultats mais en plus, sur d’autres paramètres qui n’auront rien d’objectifs.

 

 

L’avantage concurrentiel que vous aviez sur les autres pendant votre scolarité fondra assez rapidement : vous aviez appris très tôt à faire ce qu’il faut pour assurer, à travailler dur pour percer. A ce niveau, vous côtoierez des personnes qui ont le même profil que vous, les mêmes ambitions que vous et surtout, la volonté de tout faire pour y arriver. Tout faire.

 

Êtes-vous prêts à tout faire pour avoir le poste de votre vie ?

 

 

 

Osez le bon sens !

Yannick DJEUGOUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *