Éducation Idée reçue n°3 – ‘Travaille deux fois plus que les autres’

 

Combien de fois avez-vous entendu cette affirmation : ‘Travaille deux fois plus que les autres’ ?

 

Si elle impliquait automatiquement que vous gagnerez deux fois plus que les autres, alors elle serait acceptable et donc inutile car elle rappellerait une évidence. Je mets deux fois plus d’efforts, j’en tire deux fois plus de bénéfices. Ce n’est malheureusement pas le cas.

 

 

Elle se destine essentiellement aux personnes qui ne sont pas bien nées, qui ont des désavantages concurrentielles par rapport aux “autres”, mieux dotés, bien nés, privilégiés. Les populations immigrées par rapport aux autochtones, les pauvres par rapport aux fortunés, les femmes par rapport aux hommes. Le sous-entendu est clair : vous avez le même niveau d’études, de qualifications, d’expérience et pour pouvoir gagner autant que “les autres”, vous devez travailler deux fois plus.

 

De prime abord, cela paraît très motivant. De prime abord seulement. Cela ne fait pas sens. Travailler deux fois plus pour gagner deux fois plus que les autres; c’est logique et l’on peut naturellement comprendre pourquoi un père inciterait ses enfants à avoir une telle attitude. Il est sage d’encourager ses enfants dans leurs études afin qu’ils aillent le plus loin possible, par rapport à leurs capacités. Les aider à faire leurs devoirs pour les plus jeunes et / ou bien leur payer des cours de soutien scolaire pour les plus grands est fortement conseillé.

 

 

N’hésitez donc pas à renforcer leurs connaissances pendant les périodes de vacances ou de leur faire faire des remises à niveau dans les disciplines où ils rencontrent des difficultés, notamment les matières scientifiques comme les mathématiques ou encore la physique chimie.

Donner le maximum pour surpasser les rendements des autres; camarades de classe ou collègues de travail.
Le faire pour gagner le même salaire qu’eux est aberrant. C’est le grand bémol que tous ces parents d’immigrés, d’étrangers, de déclassés, de pauvres … doivent mettre en lumière pour éviter à leurs enfants de se tuer à la tâche pour un maigre résultat.

 

 

Si pendant sa scolarité, le petit est prêt à tout donner pour être le premier de sa classe, grand bien lui fasse. Si dans son emploi, il sacrifie sa vie personnelle, sa santé pour un salaire similaire à celui de ses collègues; il est dans la mauvaise direction et à terme, il finira aigri, dépressif, victime de burn-out.

 

 

Chers parents, faites preuve de pédagogie auprès de vos enfants notamment étudiants, dites-leur de travailler pour obtenir la juste récompense qui leur revient, proportionnelle aux efforts fournis. Développer la confiance en soi de votre enfant.

 

Inutile de se surpasser pour gagner autant que les autres; s’il a ce surplus d’énergie, de dévotion, de concentration à donner, il serait plus productif pour lui de créer sa propre entreprise. Si tu as de l’énergie à revendre, utilises-la pour entreprendre. Oui, travailler deux fois plus que les autres pour son propre compte, pour sa propre entreprise. Le jeu en vaut largement la chandelle et quelque soit le résultat, il bénéficiera à 100% du fruit de son ardeur. S’il n’est pas payé équitablement, il est mésestimé, déprécié, exploité : il ne tient qu’à lui de renégocier son contrat à la hausse ou de partir vers une autre société qui saura reconnaître sa valeur et le payer correctement.

 

Qu’ils travaillent et qu’ils prennent conscience dès leur plus bas âge qu’ils doivent être rétribuer à la hauteur de leur engagement. Ils doivent éviter de se faire exploiter en travaillant doublement sans être compensés. Il est important que les parents ne contribuent pas à perpétuer de fausses déclarations sans réels fondements.

 

 

Osez le bon sens

Yannick DJEUGOUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *