Etudiantes surdiplômées, vous finirez seules !

avril 8, 2021
Catégorie : Non classé

Jeunes filles, vos mères, fortes indépendantes et fortement célibataires, ne vous le diront pas ; alors je vous le dis.

Plus vous serez des étudiantes surdiplômées, moins vous aurez de chances d’être heureuses en ménage. Plus de diplômes, plus de femmes célibataires. Célibattantes, certes ! Mais célibataires… malheureuses. Telle est la triste réalité des femmes longs crayons.

étudiante université diplômée

Les hommes ne sont pas attirés par les diplômes ; posez la question à Angela Merkel et elle vous le confirmera.

Jamais un homme n’a été amoureux d’une femme parce qu’elle était brillante à l’école. L’attirance physique n’en a cure du CV.

La beauté, la jeunesse, la féminité sont les critères fondamentaux qui vous permettront d’avoir un mari dévolu. A moins que vous souhaitiez être féministe, triste et aigrie comme celles qui squattent vos plateaux télévisés.

Le fantasme véhiculé par les médias, les politiques, l’époque selon lequel les femmes devraient user leurs jeans slim sur les bancs pour exister et égaler les hommes dans la sphère économique est certes beau mais dangereux pour vous, mesdames. 

Si vous voulez avoir une carrière, vous faites bien de sacrifier votre fertilité, votre beauté sur l’autel de la performance. Je ne vous jugerai pas. C’est un choix et il est respectable.

Si vous voulez avoir une famille, élever vos enfants et avoir une vie personnelle riche et remplie, revoyez vos prétentions éducatives.

Plus vous montez, plus le pot de sélection pour vous se rétrécit. C’est un entonnoir inversé.

Votre choix se raréfie et chose encore plus importante, ces hommes très éduqués, riches ou avec un statut social élevé que vous côtoierez, ont, contrairement à vous, un pot de sélection immense.

Toutes les femmes, notamment les plus jeunes, souhaitent être leurs épouses. Ils ont le choix et leurs critères de sélection n’ont rien à voir avec vos gros diplômes.

Ils veulent des épouses jeunes car elles seront fertiles ; belles car elles leur donneront des enfants en bonne santé ; féminines car elles les complémenteront dans leur vie en prenant en charge la vie familiale.

Vous, crédules étudiantes surdiplômées, avec votre belle carrière qui vous attend, ne ferez vraisemblablement pas une bonne épouse. C’est cruel mais réel.

Les gros diplômes sont une malédiction pour la gente féminine.

Pas d'études supérieures pour les filles ?

Absolument pas ! Il ne s’agit pas de dire aux femmes de ne pas étudier mais plutôt d’avoir une réelle vision de la vie qu’elles souhaiteraient avoir et un plan. Un plan éducatif, pourrait-on dire ! 

Souhaitez-vous être chirurgiennes et commencer votre vie professionnelle, ET PERSONNELLE à 35 ans, à deux doigts de la ménopause ?

L’intelligence est aussi un critère de sélection ; évidemment, si la fille est belle, jeune, féminine et intelligente, c’est le jackpot. Mais l’intelligence vient en dernière position. Regardez vos grandes personnalités et vous comprendrez très rapidement leurs motivations familiales.

Les hommes puissants recherchent des femmes pour s’occuper de leurs enfants. Complémentarité.

Donc, faites de belles études mais soyez conscientes que l’excès d’élévation scolaire nuira à votre épanouissement familial. Les journées on 24 heures et les bonshommes ne courent pas les rues. 

Vous ne serez pas attirées par un homme moins bien éduqué, moins riche, avec un statut social moins important que le vôtre.

Les femmes veulent admirer leurs partenaires.

Les histoires de princesses épousant des cordonniers demeurent des fadaises.

Etudiantes surdiplômées, queues de diplômes, point de queues !

Vous ne vous contenterez pas de peu ou de moins bien. De telles relations sont simplement vouées à l’échec. Vous finirez très certainement parmi les statistiques de divorcés. Ou féministes. Compréhensible.

Pour faire simple

Si vous ne faites pas d’études, vous ne compterez que sur un homme pour vous sortir du caniveau si vous n’y arrivez toute seule. Votre choix se limitera à votre personnalité féminine (beauté, jeunesse, esprit femme). Passé 26 ans, vous déclinerez et vous vous contenterez de peu, d’hommes à la qualité aléatoire, faute de mieux.

Si vous en faites trop, vous aurez un choix d’hommes qualifiés et intéressés très faible et volatile et vous devrez faire des concessions sur la qualité du partenaire de vie recherché pour fonder une famille avec de fortes chances d’échec (ressentiment). Votre carrière primera mais votre féminité en pâtira. Vous finirez riche, professionnellement respectée, femme parmi les hommes mais seule.

Si vous en faites assez, vous aurez un choix d’hommes qualifiés et intéressés plus important, avec la possibilité de fonder une famille solide et un léger ressentiment de n’avoir pas atteint votre potentiel éducatif maximal.

femme d'affaires au travail

Comment définir "faire assez d'études pour une étudiante" ?

De nombreux paramètres rentrent en ligne de compte, notamment votre personnalité féminine.

C’est clairement du cas par cas et vous devriez en discuter avec votre famille, votre mère ou une personne qui vous inspire dans votre entourage.

Ayez assez d’études pour pouvoir vous mouvoir dans la vie professionnelle sans pour autant vous couper d’une part très importante de la population masculine intéressante.

Si vous êtes directrice financière, vous aurez du mal à vous contenter d’un époux comptable.

L’amour ? Ebullition d’hormones ! 

Vous viserez des directeurs financiers, des directeurs généraux, des hommes de votre calibre au minimum et ces hommes ne vous rendront pas la réciproque car eux, auront toutes les femmes à leurs pieds ; de vous jusqu’à la standardiste.

Et la standardiste ou la secrétaire a un gros avantage sur vous ; elle est jeune pimpante, enjouée, disponible, reconnaissante et peu contraignante. C’est une femme qui souhaite fonder un foyer et avoir un homme au contrôle pour lui prodiguer, à elle et à ses enfants, le meilleur de la vie.

Pour arriver au sommet, vous aurez sacrifié vos qualités féminines pour rivaliser, pour vous « masculiniser » ; être en compétition frontale avec les hommes.

Le chemin vers le sommet de la pyramide ne connaît que des crises.

Personne n’a envie de rentrer à la maison pour retrouver une femme masculinisée, fut-elle la plus belle femme au monde.

En tout cas, ces hommes puissants n’en veulent pas !

C’est donc à vous, en fonction de vos projets de vie, de vos aspirations de trouver le juste équilibre. Facile à dire, difficile à accepter. Mais véridique.

Quelle solution pour les femmes rêvant d'avoir une carrière ?

Procéder en deux temps : construire votre vie personnelle avant vos 35 ans et ensuite, construire votre vie professionnelle.

De vos 18 à vos 35 ans, vous auriez peut-être intérêt à développer votre personnalité féminine pour trouver un homme de qualité et bâtir un foyer.

D’abord mères, puis étudiantes surdiplômées, et enfin femmes carriéristes.

Et une fois que les enfants sont assez autonomes, reprendre vos études pour accélérer votre carrière et atteindre vos objectifs professionnels.

Sachez néanmoins que cela pose de nouveaux challenges sur votre vie familiale et qu’une bonne entente avec votre époux sera utile pour ce changement de vision.

Les vies sont de plus en plus longues et nous devrons travailler longtemps, jusqu’à nos 70 ans avant d’aspirer à la retraite.

Vous pouvez reprendre vos études dans votre trentaine et ainsi amorcer la deuxième partie de votre vie, sachant que les enfants seront plus grands et quitteront le foyer dans quelques années. Vous éviterez ainsi le blues des femmes au foyer qui ont parfois du mal à quitter leur rôle maternel une fois que les petits sont devenus des ados.

Mais en privilégiant votre vie familiale, au moment où vous êtes au pic de votre beauté, de votre fertilité, de votre féminité, vous pourrez sélection un partenaire de qualité quand vous avez encore le choix. Vous vous consacrez à votre famille, et vous poursuivez vos études pour vous réaliser autrement dans le monde professionnel.

Dans tous les cas, chères étudiantes, soyez prévoyantes et sachez ce qui vous attend.

Y’a-t-il de belles femmes de 40 ans, PDG de multinationales multimillionnaires, qui ont trouvé un mari PDG milliardaire, avec une vie de famille épanouie ?

L’ex-femme de Jeff Bezos et la femme de Dr Dre, en instance de divorce ?

Probablement, la planète doit en compte une ou deux.

Raisonnablement, seriez-vous la troisième ?

Une exception ne fait pas une règle. Soyez humbles, vous n’êtes pas exceptionnelles. La règle s’appliquera.

 

Osez le bon sens !

Magson de Pazou

Commentaires