Faire des études par passion ou par intérêt ?

avril 23, 2021
Catégorie : Non classé

Ne vous laissez pas flouer par les beaux discours de ceux qui ont déjà réussi et se laissent aller à vanter les mérites de la littérature pour magnifier leur réussite.

Faire des études par passion ou par intérêt ? 

Fais ce que tu aimes !

C’est un conseil absolument désastreux qui ne devrait jamais être donné à un jeune qui souhaite réussir sa vie.

Fais ce qui sert aux patrons !  Tu as 17 ans et tu ne sais pas quoi faire de ta vie ? Voici la seule notion que tu devrais garder à l’esprit

Plus c’est dur, plus c’est sûr !

Plus un secteur, un métier est complexe et difficile d’accès, plus la sélection est élevée, moins il y’a de concurrence, les salaires y seront plus élevés et mieux vous gagnerez votre vie.

Ne vous laissez pas flouer par la masse. Tous vos copains vont en fac de lettres parce qu’ils ne savent pas quoi faire ; allez faire du transport ou de la logistique parce que vous ne savez pas quoi faire.

Ces secteurs majeurs de la supply chain recrutent et avec le développement de l’e-commerce, ils ne cesseront pas de le faire pendant de nombreuses années. La facilité serait de squatter les amphithéâtres à l’écoute de laïus amphigouriques sur des civilisations perdues ; la sagesse serait de perdre son temps dans une filière qui vous permettra de gagner votre vie demain sans trop de difficultés, en attendant de vous trouver professionnellement.

Filières littéraires ou bla bla bla éducatifs

Si cela ne sert à rien pour un futur patron, cela ne te sert à rien.

Selon moi, les études littéraires, socio-culturelles, devraient toutes être soumises à un numerus clausus. Toutes les filières universitaires devraient être soumises à une évaluation d’employabilité de leurs étudiants et des mesures correctrices devraient être prises pour s’assurer qu’elles intègrent cette vision dans leur cursus.  Il ne s’agit pas de bannir les philosophes mais de limiter le nombre de diplômés philosophes. Cela permettrait de redorer le blason de ces matières face à l’inflation des diplômés de ces filières sans lendemain. Peu de philosophes, de meilleure qualité, mieux payés, mieux reconnus, à terme.

L’excellence fait rarement foule. Un écrémage s’impose dans ces disciplines et une meilleure valorisation des filières à forte employabilité doit être mise en place et encouragée afin que les étudiants inintéressés par leurs études les choisissent de préférence. Des bonus-malus pour chaque formation, des incitations financières peuvent être apportées au travers d’aides sociales ou à des dispositifs d’accompagnement des études. Par exemple, le travail effectué par les organismes promouvant l’alternance est significatif et commence à payer.

In fine, les entreprises, au travers de leurs syndicats, devraient avoir leur mot à dire sur les formations universitaires.

Faites des études qui comptent même quand vous voulez faire quelque chose que vous aimez. Cela vous donnera au moins les moyens financiers de faire ce que vous aimez plus tard si vous le souhaitez. Vous voulez être peintre ? Soyez d’abord ingénieur et à 40 ans ou 50 ans, vous pourrez décider de changer de vie pour vivre votre carrière de peintre. Vous aurez le moyen de vos ambitions.

Par contre, si vous avez été au chômage toute votre parce que acteur raté, comme des milliers de jeunes éblouis par Hollywood, il vous sera très difficile de vous réinventer à 50 ans.

étudiante révise

Toujours faire des études par intérêt

Le conseil reste donc le même ; faites ce qui rapporte et certainement pas, ce qui vous plaît.

Si vous avez la chance que ce qui rapporte est aussi ce que vous aimez ; alors, vous faites partie des rares privilégiés de cette planète et vous devriez vous en profiter. Personne ne rêve d’être douanier à 7 ans.

Etudiant, vous devrez être assez mature pour comprendre et évaluer votre bien-être à long terme. Les carrières seront de plus en plus mobiles et dans un environnement aussi mutant, vous vous devez de rester alertes et flexibles ; de laisser vos émotions de côté quand vous songez à votre avenir. En général, ce qui est dur, est sûr. Vous inscrire dans une filière scientifique, c’est vous assurer de travailler demain et bien gagner votre vie.

De nombreuses options de carrière vous seront offertes et les envies étant très souvent temporaires, vous vous réaliserez dans l’un de ces métiers de qualité que vous aurez découvert.

Vous aimez la littérature ? C’est très bien et vous pourrez lire et écrire tous les livres au monde que vous souhaitez; sur vos temps perdus. Et qui sait ? Vous finirez par être le prochain Proust.

C’est d’ailleurs curieux à observer; la plupart des grands écrivains avaient une profession qui leur permettait de gagner leur vie et pratiquait leur art sur leur temps libre. Ceux qui ne travaillaient pas étaient assez riches pour ne pas avoir à le faire, et ainsi se consacrer à leur art. Revenez aux fondamentaux. D’abord, je mange, ensuite je pense.

Ne faites jamais la bêtise de faire ce que vous aimez. C’est le chômage qui vous attend au coin de rue.

Faire des études par passion ou par intérêt ?

La passion, laissez-la aux commerçants de Rungis.

 

 

Osez le bon sens !

Magson de Pazou

Commentaires