Il est où, papa ?

 

Parents, ne laissez pas la responsabilité à l’école d’éduquer vos enfants. L’école instruit, fourbit les connaissances utiles pour être développer des compétences utiles pour être employable lorsqu’on devient un adulte. Les parents éduquent leurs enfants et leur donnent les clés pour s’intégrer dans la société et en être des dignes membres. Les deux notions peuvent se recoupent, se rejoignent. Il n’en demeure pas moins que instruire et éduquer incombent à des entités différentes: les professeurs et les parents. Les deux sont complémentaires mais en aucun, substituables. Et certainement pas le rôle du père.

 

Or la société actuelle, très permissive, en est réduite à considérer que l’école et son corps enseignant doivent s’immiscer dans les responsabilités parentales. Les deux notions se confondent mais pour rendre les choses claires dans l’esprit de tout un chacun : les parents apprennent à leur enfant à dire “Bonjour” avant de s’adresser à toute personne; les professeurs lui apprennent à  l’écrire.

 

Il faut bien le reconnaître, de nombreux parents se sont désistés de leur responsabilité et désormais, l’Etat  providence considère qu’il est de son devoir de remplacer les parents. Il l’a déjà entamé considérablement en éjectant les pères de la maison pour créer ces générations de mères célibataires élevant des enfants désespérés et désespérants. Le père est l’ouverture sur le monde, sur la société, la rigueur, la discipline, la conduite, l’attitude face à l’extérieur du foyer. Le pivot de la famille est évacué et la famille s’effondre. Les mères vivent de prestations sociales avec la complicité tacite de l’Etat. Les pères hors du nid, il faut bien combler le vide et l’Etat, via l’école, rentre dans les foyers et souhaite régenter la paire mère-enfant. Par exemple, il veut encadrer comment nourrir ses enfants, comment les habiller, comment les aider dans leurs devoirs, comment les punir quand ils font des bêtises. Ils doivent accepter leur transsexualité et toutes sortes d’idéologies absurdes sur le genre pour se conformer à une époque sans grâce. L’autorité paternelle a été démolie et le gouvernement veut prendre sa place pour modeler les prochaines générations sous prétexte de progrès.

 

En réalité, la place du père du père devrait être promue, réhabilitée; la famille traditionnelle soutenue pour restaurer le respect des limites et le comportement des gamins lorsqu’ils sont confrontés à la société. En restaurant l’autorité du père, l’on pourra plus facilement et correctement éduquer les enfants et les professeurs, le gouvernement, l’Etat pourraient retourner vaquer à leurs occupations respectives.

 

Osez le bon sens !

 

Yannick DJEUGOUE

claireyvesandreas@gmail.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *