Parents, choisissez un uniforme à l’école pour les enfants de votre quartier


 

Voici venue la rentrée scolaire ! Sourires et angoisses s’entremêlent pour donner un moment assez inoubliable pour les enfants qui prennent ou reprennent le chemin des classes. Et pour les parents, pareillement. Essentiellement pour l’ensemble des dépenses qui accompagnent cette période.

 

 

Votre portefeuille va s’alléger et il est peut-être de votre intérêt en tant que pourvoyeur de limiter ces coûts afin de les consacrer à d’autres domaines utiles à la famille.

 

Cela pourrait commencer avec un poste majeur de dépenses: les vêtements. Avec la pression sociale actuelle, les enfants ne rêvent que de se conformer à la masse et sont assujettis à la consommation comme le reste de la société. La mode aliène et vide les poches. Si vous habitez à Provins, vous serez épargnés par ce consumérisme abrutissant et cette dépendance sans cesse croissantes aux marques. Le maire a fait voter un arrêté municipal par ses administrés qui instituent les uniformes dans tous les établissements publiques de la ville. Sage décision et ô combien salutaire pour les portefeuilles déjà bien dégarnis des familles.

 

Malheureusement, certains français, très vociférants, font un blocage mental envers cet uniforme et l’initiative provinoise demeure exceptionnelle.

Si les élus sont incapables de prendre position pour le bien-être financier des français et envers le marché, il est de votre responsabilité parentale de protéger vos enfants des frénésies dilapidatrices de notre époque.

En lieu et place de nouvelles paires de chaussures, de grandes marques évidemment, de baskets hors de prix, de jeans délavés et troués hors de prix, de tee-shirts et autres tenues vestimentaires siglées à visée exhibitionniste, offrez-leur un uniforme !

 

Oui, offrez à vos enfants un uniforme. A ces gosses du primaire, deux paires de pantalons de même couleur et deux à trois chemises de même couleur. Et une paire de chaussures en cuir de couleur noire qu’ils pourront porter pendant un à deux ans. Remettez de la discipline dans leur quotidien et dans vos finances.

Faites-le volontairement sans attendre quelque soubresaut législatif qui n’adviendra pas tant que les élus seront assignés à la passivité. Les parents d’élèves, membres de la même association de quartier peuvent décider en assemblée de faire le choix de la discipline, de l’économie et du bon sens.

Vous pourriez vous organiser entre parents d’un même quartier pour vêtir vos enfants de la même manière pour qu’ils se rendent à l’école. L’initiative au fil du temps ralliera davantage de parents et dans quelques années, les institutions finiront par acter le changement de mentalité vis-à-vis de cet uniforme bêtement vilipendé. Si dans les faits l’uniforme s’impose de plus en plus dans les zones difficiles, où les parents ont le plus de mal à gagner leur vie, il s’imposera dans les lois à terme.

 

les dépenses de rentrée pèsent pourtant beaucoup sur les salaires. Pour un couple au Smic avec trois enfants par exemple, la rentrée peut représenter jusqu’à 90% des dépenses du mois de septembre.” Source : RTL

 

Pouvoir déterminer en tout temps quel enfant a séché les cours dans la rue, et les encourager à prendre soin de leurs tenues chaque jour, à les laver, les repasser et s’assurer qu’elles ne dégradent pas l’image de leur école et de leur quartier. L’uniforme est aussi un outil fabuleux d’intégration, d’appartenance, à un groupe et ces enfants ont besoin de savoir qu’ils font partie d’un ensemble qui requiert leur respect.

 

Si tout élève peut se rendre à l’école publique avec une tenue de son choix, pour peu qu’elle soit confortable et conforme aux principes de laïcité, tout élève peut décider de porter sa cotte de travail scolaire, comme les autres employés d’entreprises ou des fonctionnaires. On semble l’oublier très souvent, mais le travail d’un écolier dans un système éducatif quelconque, est d’apprendre. Il passe près de 8 heures chaque jour à son poste et lui prodiguer une tenue de travail participerait indirectement à rétablir les couleurs perdues de l’école publique. L’esprit de corps ne naît pas par l’opération du Saint-Esprit. Rétablissons le cadre, la discipline, le respect et l’esprit de corps dans l’école publique. Rétablissons l’uniforme.

 

Osez le bon sens !

Yannick DJEUGOUE

claireyvesandreas@gmail.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *